La France refuse à nouveau de reconnaître l’arpitan

La réponse du ministre français de l’éducation nationale. DR

La France, à travers son ministre de l’éducation nationale Gilles de Robien, refuse à nouveau de reconnaitre la langue transfrontalière appelée arpitan – ou  » francoprovençal ». Parlée en Suisse, en France et en Italie, elle est reconnue par les linguistes comme une langue à part entière. Monsieur de Robien, pour justifier son refus, l’intègre dans le domaine de langue d’oc. Il faut dire que le nom officiel de la langue, franco-provençal,entretient la confusion. Inventé en 1873, il laisse à croire qu’il s’agit d’un mélange de français (langue d’oïl) et de provençal (langue d’oc).

Gilles de Robien répondait à une demande du ministre français de la culture, Renaud Donnedieu de Vabres, qui relayait une demande le l’association des enseignants de savoyard (nom local donné à l’arpitan de Savoie) de pouvoir choisir l’option arpitan au baccalauréat.

(Tribune de Bâle, 09.09.2006)

Articles liés