Aliance Culturèla Arpitanna fête ses 10 ans

Fondée par des Valaisans, Savoyards, Vaudois et Ligériens (Loire), l’association Alliance Culturelle Arpitane (ACA) fête son 10e anniversaire.

C’est lors d’une réunion au buffet de la gare de Lausanne en 2004 qu’a été créée l’Aliance Culturèla Arpitanna. Conscients de partager une culture commune dans l’aire linguistique arpitane, les membres fondateurs ont décidé de s’associer pour des projets artistiques et culturels transfrontaliers, entre la Suisse, la France et l’Italie.

Cette « Aliance » se constitue autour d’un élément culturel commun, une langue méconnue. Repérée par un linguiste italien à la fin du XIXe siècle, Ascoli, il remarque quelle se situe à mi-chemin entre le français et le provençal. Peu inspiré, il la nommera « francoprovençal ». Au XXe siècle, un enseignant de la langue nommé Marc Bron, déclare« cette dénomination est malheureuse, car elle laisse un parfum d’inachevé, d’amalgame entre oc et oïl, alors qu’elle n’est ni d’oc, ni d’oïl. Que dirait-on si l’on avait appelé l’occitan le franco-espagnol, le franco-italien ou le franco-corse? Cela n’aurait manifestement pas été sérieux. Cela ne l’est pas d’avantage concernant le savoyard. » Il donne, lors d’une communication à l’Académie de Savoie, une liste de différentes appellations: « savoyard, savoisien, franco-provençal, alpitan ou arpitan. »

Très rapidement, c’est la préservation, la promotion et la diffusion de cette langue ancienne langue gallo-romane commune qui va devenir l’activité centrale de l’ACA.

Le premier site de l'ACA, 2004.
Le premier site de l’ACA, 2004.

Ce qui va devenir un véritable institut international de la langue et une fédération transfrontalière lance à l’automne 2004 la première version de son site internet, arpitania.ch, avec un forum de discussion permettant de fédérer les locuteurs, mais aussi des universitaires et des curieux. Le site deviendra arpitania.eu, extension européenne, peu de temps après.

Dans l’optique de « rendre la langue visible dans l’espace public », des autocollants et des t-shirts sont réalisés et un symbole est créé par les membres du forum: il s’agit du rozon entouré des étoiles symbolisant la dimension européenne de la zone linguistique.

Festival Tintin de Lausanne, 2007. Avec le linguiste Dominique Stich, Nicole Margot, l'auteur Bernard Cosandai dit Cosey, le biographe d'Hergé Philippe Goddin et le directeur artistique du Centre belge de la BD Charles Dierick.
Festival Tintin de Lausanne, 2007. Avec le linguiste Dominique Stich, Nicole Margot, l’auteur Bernard Cosandai dit Cosey, le biographe d’Hergé Philippe Goddin et le directeur artistique du Centre belge de la BD Charles Dierick.

En 2007, l’ACA s’associe avec les éditions Casterman pour publier une traduction des aventures de Tintin en arpitan. Pour la première fois, une orthographe de référence est utilisée. Et l’album n’et pas choisi au hasard, il se déroule poiur une bonne partie en Arpitanie (Nyon, Genève, Chablais savoyard…)

Suivra le lancement de Radio Arpitania, la première radio où l’on peut entendre les différents patois arpitans en continu sur internet.

Différents livres sont publiés, dont un roman de l’auteur valdôtain Floran Corradin et Patois arpitan et chansons de nos grands-pères savoyards d’Eric Varnay.

A l’avenir, l’ACA projette notamment l’organisations de fêtes de l’arpitan et le développement du site d’auto-apprentissage sur internet mis en ligne grâce à l’aide de la région Rhône-Alpes, mais va également appuyer les organisations, dont l’Office Géographique Arpitan, qui demandent la généralisation de panneaux d’entrée d’agglomération bilingues français-arpitan ou italien-arpitan.

Voir la page de l’ACA sur l’encyclopédie Wikipedia et son site officiel arpitan.com 

Articles liés